Joakhaz, le roi au règne éphémère

Le temps presse… le sais-tu ?

Un chant pour enfant débute avec les paroles mises en titre. Joakhaz ne savait pas que son temps allait être court, et nous ne savons pas non plus combien de temps nous avons. Mais comme ce chant pour enfant le dit, nous savons que le temps presse et que Jésus revient bientôt !

Nous avons mentionné, concernant le règne d’Amon, que demain ne nous appartient pas. Ici, nous voyons que nos jours sont courts. « Enseigne-nous ainsi à compter nos jours, afin que nous en acquérions un cœur sage » (Psaumes 90:12). Joakhaz a régné trois mois, et le reste de sa vie ne fut que captivité.

Joakhaz a fait un mauvais usage du court temps qu’il avait. Puissions-nous faire un bon usage du temps que nous avons actuellement, étant « remplis de la connaissance de la volonté de Dieu, en toute sagesse et intelligence spirituelle, pour marcher d’une manière digne du Seigneur pour lui plaire à tous égards, portant du fruit en toute bonne œuvre, et croissant par la connaissance de Dieu » (Colossiens 1:9-10).

Qu’allons-nous faire du temps que nous avons ?

Cette nouvelle vidéo présente trois leçons tirées des événements qui se sont produits pendant le règne de Joakhaz.

Josias, le roi engagé de tout son cœur

Tel père, tel fils… vraiment ?

Peut-être que bien des personnes se demandaient quelle sorte de roi allait être ce jeune garçon de 8 ans quand il monta sur le trône de son père. C’est que, quand ton père s’appelle Amon, et qu’il vient tout juste d’être assassiné par ses serviteurs, et que ton grand-père s’appelle Manassé, cela n’en prend pas davantage pour se poser des questions. Ceux qui étaient encore pieux dans le peuple avaient probablement des raisons de s’inquiéter. Peut-être que cela les a conduits à prier pour leur jeune souverain.

Non seulement Josias n’entre pas dans ce qui pouvait être perçu comme une réputation familiale, mais tout au contraire, il reste encore aujourd’hui un exemple remarquable de zèle et de piété envers Dieu. Cela nous rappelle deux choses :

— Premièrement, il faut faire attention aux apparences et aux généralisations. Quand nous regardons à quelqu’un, il ne faut pas chercher à y voir sa famille ou ses parents ou ses grands-parents. Mais il faut voir la personne pour ce qu’elle est. Dieu travaille dans la vie de chacun et nous voyons dans Josias que peu importe l’arrière-plan, il peut faire des choses magnifiques, tout à la gloire de son nom !

— Ensuite, même avec les meilleurs privilèges et la meilleure des éducations, quelqu’un pourrait se détourner de Dieu. Manassé, fils d’Ézéchias, en est un très bon exemple. Le point est le suivant : chacun est responsable devant Dieu de ses choix.

Cherchons le bien spirituel des uns et des autres, jeunes et vieux, pour la gloire de Dieu, nous encourageant et nous aidant à grandir à l’image de notre Seigneur Jésus, « et cela d’autant plus que [nous voyons] le jour approcher » (Hébreux 10:25).