Ciel et paradis

Quelle est la différence entre le ciel et le paradis ?

Quelle est la différence entre le ciel et le paradis ?

Pour répondre à cette question, nous examinerons la signification des deux mots à partir des Écritures.

Ensuite, nous jetterons un coup d’œil rapide à deux points de vue concernant l’emplacement historique du paradis. Ce dernier point est important car il a un impact sur la façon dont nous approchons les Écritures.

Allons-y.

Deux mots, deux significations

Le ciel

Le ciel est spécifiquement le lieu où Dieu demeure, de même que les anges, et là où se trouve notre Seigneur Jésus, ressuscité et vivant.

Les citations suivantes suffiront à établir ce fait. — Nous lisons en Matthieu 5:16 : « votre Père qui est dans les cieux. » — En ce qui concerne les anges, nous lisons en Matthieu 24:36 : « Mais, quant à ce jour-là et à l’heure, personne n’en a connaissance, pas même les anges des cieux, si ce n’est mon Père seul. » — Et quant à notre Seigneur Jésus, nous lisons en Jean 3:13 : « Et personne n’est monté au ciel, sinon celui qui est descendu du ciel, le fils de l’homme qui est dans le ciel. »

Le ciel est appelé plus spécifiquement « le troisième ciel » en 2 Corinthiens 12:2. — Le premier ciel est le ciel atmosphérique. — Le deuxième ciel est le ciel astronomique. — Le troisième ciel est le lieu où Dieu réside.

Le Paradis

Le paradis est l’endroit où l’âme des justes se rend après la mort.

Ce mot est d’origine orientale et fait référence aux jardins des rois et des nobles de Perse ; des jardins remplis de tout ce que la terre peut produire de beau et de bon. Dans le Nouveau Testament, ce terme est utilisé pour décrire un lieu de plaisir et de bonheur céleste, un lieu de repos où les rachetés jouissent de la présence du Seigneur Jésus après leur mort.

Examinons ce que l’Ancien Testament et le Nouveau Testament ont à dire sur le paradis.

Dans l’Ancien Testament

En fait, dans l’Ancien Testament, nous ne voyons qu’un concept général de ce qui arrive à ceux qui sont morts ; ils vont dans un endroit appelé shéol.

Ce mot hébreu est parfois traduit par séjour des morts ou sépulcre. C’est le lieu où l’on voit aussi bien les justes que les méchants, sans vraiment distinguer où chacun va.

En effet, de nombreux passages parlent des méchants qui vont là. Par exemple : « Que les méchants soient confus, qu’ils se taisent dans le shéol ! » (Psaume 31:17)

Quant au fait que les justes se trouvent dans ce lieu général après la mort, nous le voyons dans le Psaume 16:10, également cité dans Actes 2:27, comme parlant prophétiquement du Christ. « Car tu n’abandonneras pas mon âme au shéol, tu ne permettras pas que ton saint voie la corruption. » (Psaume 16:10)

Dans le Nouveau Testament

Dans le Nouveau Testament, on ne trouve pas le mot shéol. En grec, c’est le mot hadès qui est utilisé pour désigner le même lieu général.

Mais bien d’autres choses sont révélées concernant ce lieu.

Deux endroits différents

Dans Luc 16:19–31, Jésus parle d’un homme appelé Lazare et d’un homme riche. Nous y apprenons qu’après la mort il y a un lieu où vont les justes, appelé le sein d’Abraham, et un lieu où vont les méchants. Le juste est déjà consolé, tandis que le méchant est déjà dans les tourments en attendant le jugement final. On est soit du côté des justes, soit du côté des méchants.

Il n’y a absolument aucune possibilité de changement d’état après la mort. Il faut se repentir et croire en l’œuvre du Christ durant sa vie.

Le sein d’Abraham est le paradis

Le lieu où vont les justes — le sein d’Abraham — correspond au paradis. Cela apparaît clairement dans Luc 23:43 lorsque Jésus parle au brigand repentant. « Jésus lui dit : En vérité, je te dis : Aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis » (Luc 23:43).

Nous y apprenons que le paradis est l’endroit où cet homme et Jésus se trouveront le jour même. Le sein d’Abraham est clairement appelé paradis par notre Seigneur. C’était certainement une grande consolation pour le voleur de savoir qu’il allait être ce jour même dans ce lieu de plaisir, de bonheur et de repos céleste.

L’emplacement du paradis

Dans 2 Corinthiens 12:2–4, où Paul parle d’une expérience qu’il a eue, nous apprenons que le paradis se situe au troisième ciel. « Je connais un homme en Christ, qui, il y a quatorze ans (si ce fut dans le corps, je ne sais ; si ce fut hors du corps, je ne sais ; Dieu le sait), je connais un tel homme qui a été ravi jusqu’au troisième ciel. Et je connais un tel homme, (si ce fut dans le corps, si ce fut hors du corps, je ne sais, Dieu le sait,) — qu’il a été ravi dans le paradis, et a entendu des paroles ineffables qu’il n’est pas permis à l’homme d’exprimer. » (2 Corinthiens 12:2–4)

Paul dit qu’il a été enlevé au troisième ciel, enlevé au paradis. Il était dans le « paradis de Dieu » où se trouve « l’arbre de vie » dont mangera « celui qui vaincra » (Apocalypse 2:7). C’est une image du juste qui jouit de la personne du Christ pour toujours.

Dans Philippiens 1:23, Paul dit avoir « le désir de déloger et d’être avec Christ ». Oui, pour le racheté, partir c’est se trouver dans la présence même de Christ, au ciel.

Dans Apocalypse 6:9, nous lisons que « les âmes de ceux qui avaient été égorgés pour la parole de Dieu et pour le témoignage qu’ils avaient rendu » sont vues « sous l’autel », qui est dans le ciel.

En résumé

En résumé, dans le Nouveau Testament, nous sommes clairement informés que lorsqu’un juste meurt, il va dans un lieu de bénédiction au ciel — qui est la demeure de Dieu et où aussi le Christ se trouve. Ce lieu s’appelle paradis. Mais lorsqu’un pécheur meurt, il va dans un autre lieu pour lequel seul le terme général hadès ou séjour des morts est utilisé.

Cela n’était pas clair dans l’Ancien Testament, mais nous avons maintenant la pleine révélation de Dieu sur le sujet.

Deux points de vue sur le paradis

Pour terminer, il peut être utile de mentionner qu’il existe deux points de vue sur l’emplacement historique du paradis.

Certains disent que le paradis a toujours été dans le ciel — c’est ce qui a été présenté ici. D’autres disent que le paradis a changé de lieu après la résurrection du Christ.

Le paradis au ciel

Le point de vue selon lequel le paradis a toujours été au ciel est fondé sur le fait que la révélation de Dieu est progressive et qu’elle est complète dans le Nouveau Testament. Dans l’Ancien Testament, nous trouvons des principes généraux, et dans le Nouveau Testament, nous avons le développement complet des voies de Dieu.

Le paradis déplacé au ciel

Le point de vue selon lequel le paradis aurait été déplacé d’un endroit à un autre suppose que ce que nous avons dans l’Ancien Testament est une révélation complète et précise de ce qu’étaient les choses, et que ce que nous trouvons dans le Nouveau Testament est un nouvel état de chose.

Selon ce point de vue, et en utilisant Luc 16 au sujet de Lazare et de l’homme riche, il est dit que le paradis était d’un côté du shéol, ou hadès, et qu’il y avait un grand gouffre entre les deux. On affirme que lorsque Jésus est ressuscité, il a emmené avec lui tous les saints du sein d’Abraham au ciel. En d’autres termes, le paradis est passé du hadès au ciel. Éphésiens 4:8 est utilisé pour soutenir ce point de vue.

Mais ce passage est une citation de l’Ancien Testament, et comme l’Ancien Testament introduit des concepts généraux sur ce qui se passe après la mort, il faut considérer ce passage à la lumière des révélations plus claires du Nouveau Testament.

Nous mentionnons néanmoins ce point de vue pour que vous sachiez qu’il existe.

Révélation progressive

Mais comme nous l’avons dit précédemment, nous ne pouvons pas nous attendre à avoir une révélation complète, claire et entière de toutes les voies de Dieu dans l’Ancien Testament. Le Nouveau Testament complète et nous fait comprendre pleinement l’Ancien Testament. C’est en Christ, par l’Esprit de Dieu, dans le Nouveau Testament, que nous avons « tout le conseil de Dieu » (Actes 20 :27).

Pour cette raison, les arguments en faveur d’un paradis qui a toujours été dans le ciel semblent plus solides.

Récapitulons

Pour récapituler, le ciel est la demeure de Dieu, et le paradis décrit l’endroit où vont les âmes des rachetés après la mort. C’est un lieu de félicité céleste, et il se situe au ciel. Ainsi, à cet égard, le ciel et le paradis sont synonymes. Ils représentent le lieu où vont les âmes des justes après la mort.

Tous ceux qui sont au paradis attendent le jour de la résurrection, afin d’être unis à nouveau à leur corps ressuscité et glorifié.

Et cela se réalisera bientôt.

Le Seigneur vient !

Précédent