Téléchargez le traité en format Legal. Vous pouvez l'imprimer recto-verso et le plier.

De toutes les questions que vous vous poserez dans la vie, la plus importante est : Suis-je assez bon pour aller au ciel ? La réponse à cette question aura des conséquences éternelles. La façon de le savoir est de vous demander si vous avez obéi aux standards de Dieu quant au bien : les dix commandements. La plupart des gens diront : « Eh bien, j’ai enfreint un ou deux de ceux-ci, mais rien de trop grave comme le meurtre, etc. » Passons-les donc en revue, et voyons comment vous vous en sortez :

1. Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face.

Dieu occupe-t-il la première place dans votre vie ? L’aimez-vous par-dessus tout ? Imaginez que vous avez acheté une télévision pour vos enfants, mais que le lendemain soir, en rentrant du travail, vous constatez qu’ils n’ont même pas pris la peine de vous accueillir. Ils étaient trop occupés à regarder la télévision. En vous ignorant parce qu’ils préféraient regarder la télévision, ils mettaient leur amour sur le don plutôt que sur le donateur. De même, si nous aimons quelqu’un ou quelque chose — mari, femme, enfants ou même notre propre vie — plus que nous aimons Dieu, nous mettons nos affections sur le don plutôt que sur le donateur : c’est une transgression du premier commandement. En fait, la Bible dit que nous devrions aimer Dieu plus que tout, car c’est Lui qui nous donna ces bien-aimés.

Avez-vous aimé Dieu de tout votre cœur ? Autrement, vous avez commis le plus vieux péché de la Bible. À vous d’en juger. Au jour du jugement, serez-vous innocent ou coupable d’avoir enfreint ce commandement ? Je ne vous juge pas : je vous demande de vous juger vous-même avant le jour du jugement.

2. Tu ne te feras pas d’image taillée.

Cela signifie que nous ne devrions pas nous faire un dieu qui nous convienne, que ce soit avec nos mains ou notre esprit. Vous êtes-vous fait un dieu dans votre esprit avec lequel vous êtes confortable — vous disant : « Mon dieu est un dieu d’amour qui n’enverrait jamais quelqu’un en enfer » ? Peut-être que votre dieu ne tient pas compte d’un petit mensonge ou d’une fausseté ici et là — en fait, il n’a aucune règle morale. En réalité, ce dieu n’existe pas, il est le fruit de votre imagination. Si votre dieu n’est pas Celui qui est révélé dans la Bible, alors vous avez fait une image de Dieu qui vous convienne, ce que la Bible appelle de l’idolâtrie. La Bible avertit qu’aucun idolâtre n’héritera du royaume de Dieu (1 Corinthiens 6:9).

3. Tu ne prendras pas le nom de l’Éternel, ton Dieu, en vain.

Avez-vous déjà pris le nom de Dieu en vain — l’utilisant irrévérencieusement, comme « Oh mon Dieu », ou même à la place d’autres mots exprimant le dégoût ? Même le nom d’Hitler n’a pas été suffisamment méprisé pour l’utiliser comme juron. Si vous avez pris le saint nom du Dieu qui vous a donné la vie et l’avez utilisé de cette manière, cela s’appelle le blasphème, et la Bible dit : « l’Éternel ne tiendra point pour innocent celui qui aura pris son nom en vain » (Exode 20 :7).

4. Souviens-toi du jour du sabbat, pour le sanctifier.

J’ai ignoré ce commandement pendant 22 ans. Alors même que Dieu m’a donné le don de la vie, je ne lui ai pas donné un jour sur sept. J’étais coupable d’avoir enfreint ce commandement.

5. Honore ton père et ta mère.

Avez-vous toujours honoré vos parents implicitement, les traitant d’une manière qui est agréable à Dieu ? Cela ne signifie pas que vous les honoriez seulement si vous pensez qu’ils sont de bons parents. Demandez à Dieu de vous rappeler les péchés de votre jeunesse. Vous les avez peut-être oubliés, mais Dieu ne les a pas oubliés.

6. Tu ne tueras pas.

La Bible nous avertit que si nous sommes en colère sans motifs contre quelqu’un nous sommes passibles du jugement, et que « Quiconque hait son frère est un meurtrier » (1 Jean 3:15). Nous pouvons violer la Loi de Dieu par notre attitude et nos intentions. Avez-vous enfreint ce commandement en entretenant de la colère ou de la haine envers quelqu’un ? Si c’est le cas, Dieu vous considère comme coupable de meurtre et « aucun meurtrier n’a la vie éternelle demeurant en lui » (1 Jean 3:15).

7. Tu ne commettras pas adultère.

Qui de nous peut dire que nous sommes purs de cœur ? Jésus a averti : « Vous avez ouï qu’il a été dit : "Tu ne commettras pas adultère". Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter, a déjà commis adultère avec elle dans son cœur » (Matthieu 5:27–28). Dieu a vu toutes les pensées que vous avez eues et tous les péchés que vous avez jamais commis. Le jour viendra où vous devrez faire face à sa Loi, et la Bible nous dit que les impurs, les fornicateurs (ceux qui ont des rapports sexuels avant le mariage) et les adultères n’hériteront pas du royaume de Dieu (1 Corinthiens 6:9–10).

8. Tu ne déroberas pas.

Avez-vous déjà pris quelque chose qui ne vous appartient pas, quelle qu’en soit la valeur ? Cela inclut tricher à un examen, prendre un stylo du travail, et même garder de la petite monnaie que vous savez ne pas être légitimement vôtre. Si vous avez pris quelque chose qui ne vous appartient pas, alors vous êtes un voleur — et vous ne pouvez pas entrer dans le royaume de Dieu (1 Corinthiens 6:9–10).

9. Tu ne diras pas de faux témoignage contre ton prochain.

Avez-vous déjà dit un mensonge ? Alors cela ferait de vous un menteur. Peut-être que vous ne pensez pas que la fausseté (duplicité, tromperie) est un péché sérieux, mais Dieu le pense. « Les lèvres menteuses sont en abomination à l’Éternel » (Proverbes 12:22), parce qu’il est un Dieu de vérité et de sainteté. La Bible avertit que la part de tous les menteurs sera dans l’étang brûlant de feu et de soufre (Apocalypse 21:8).

10. Tu ne convoiteras pas.

Avez-vous déjà convoité (désiré jalousement) quoi que ce soit qui appartient à une autre personne ? C’est une violation du dixième commandement, et le cupide n’héritera pas du royaume de Dieu (Éphésiens 5:5).

Qui de nous peut dire que nous ne sommes pas coupables d’avoir enfreint ces commandements ? Nous avons tous péché et, tout comme pour les lois civiles, il suffit de désobéir à une seule loi pour être coupable. La Bible nous met en garde : « quiconque gardera toute la loi et faillira en un seul point, est coupable sur tous » (Jacques 2:10).

Une petite fille regardait une fois des moutons paître et pensa combien ils semblaient être blancs avec tout ce vert en arrière plan. Mais quand il commença à neiger, elle pensa : « Maintenant les moutons ont l’air sales comparés à la neige blanche ! » C’était les mêmes moutons, mais avec un arrière-plan différent. Lorsque nous nous comparons aux standards des hommes, nous paraissons relativement propres, mais quand nous nous comparons à la blancheur éclatante des standards de la justice de Dieu, sa Loi morale, nous pouvons nous voir véritablement : que nous sommes sales devant Lui. La Bible dit qu’il est réservé aux hommes de mourir une fois, et après cela le jugement, et la Loi est le saint standard par lequel l’humanité sera jugée au jour du jugement.

Pour être assez bon pour aller au ciel, nous devons être parfaits — en pensée, en parole et en action. Ainsi, au jour du jugement, serez-vous innocent ou coupable d’avoir enfreint la Loi de Dieu ? Vous savez que vous serez coupables. Cela peut sembler étrange, mais la pire chose que vous puissiez faire en ce moment est d’essayer de mettre votre style de vie en ordre ; vous pouvez être conscient d’avoir péché et penser qu’à partir de maintenant vous allez observer les dix commandements, faire de bonnes œuvres, dire les bonnes choses et n’avoir que des pensées pures. Mais est-ce qu’un juge devrait laisser aller un meurtrier parce qu’il dit qu’il va maintenant vivre une bonne vie ? Non, le criminel a une dette envers la justice et il doit être puni.

Peut-être pensez-vous que Dieu est bon et qu’alors il fermera les yeux sur vos péchés. Mais si vous étiez coupable de crimes terribles devant un tribunal, et que vous disiez au juge : « Je suis coupable, mais je crois, votre honneur, que vous êtes bon et que vous fermerez les yeux sur mes crimes », le juge répondra probablement : « Vous avez raison sur une chose ; je suis un homme bon et c’est à cause de ma bonté que je vais m’assurer que justice soit faite, que vous soyez puni pour vos crimes. » La chose même en vertu de laquelle de nombreuses personnes espèrent être sauvées au jour du jugement, la bonté de Dieu, sera la chose même qui les condamnera. Si Dieu est bon, il doit punir les meurtriers, les menteurs, les voleurs, etc., et le lieu du châtiment est la « prison » de l’enfer.

Quel endroit terrible doit être l’enfer ! Si vous entendez dire qu’un homme a reçu une amende de cinq dollars pour un crime, vous pouvez déduire que son crime était assez insignifiant. S’il a reçu la peine de mort, vous pouvez déduire que son crime était odieux. De la même manière, nous pouvons percevoir combien abominable doit être le péché aux yeux d’un Dieu absolument saint par la punition infligée pour celui-ci : « le salaire du péché, c’est la mort » (Romains 6:23) et l’éternité en enfer. L’humanité, dans son ingratitude, ne se soucie jamais de remercier Dieu pour Ses merveilleuses bénédictions : la vie, les couleurs, la lumière, la nourriture, la joie, la beauté, l’amour, le rire… Il leur ôtera donc ces bénédictions. Au lieu de montrer leur gratitude en obéissant à sa volonté, ils utilisent son nom pour blasphémer. Leur châtiment sera juste et sévère à l’extrême. Selon la Bible, l’enfer est un lieu de tourment éternel et conscient « là où leur ver ne meurt pas et où le feu ne s’éteint pas » ; là sont « les pleurs et les grincements de dents », « les tourments éternels » et « un feu éternel… l’obscurité des ténèbres… pour toujours. »

Je crains pour vous, mais je ne suis pas le seul qui ne veut pas vous voir finir en enfer. La personne qui vous a donné ce traité se soucia assez pour vous le donner et risquer le rejet, et Dieu lui-même ne veut pas que vous périssiez. Parce que Dieu est riche en miséricorde, Il a pourvu à un moyen pour que vous puissiez être pardonné. Pour vous illustrer l’incroyable chose qu’Il a faite pour vous, regardons à nouveau à la loi civile : vous vous tenez devant un juge, coupable de crimes très sérieux. Toutes les preuves ont été présentées et il n’y a aucun doute quant à votre culpabilité. L’amende pour votre crime est soit d’un million de dollars ou la prison à vie ; or, vous n’avez pas la moindre pièce de monnaie. Le juge est sur le point de prononcer la sentence… il lève son marteau, quand quelqu’un que vous ne connaissez même pas s’avance et paie l’amende pour vous. Justice a été rendue, la loi a été respectée, et vous êtes maintenant libre d’aller. Qui plus est, celui qui a payé votre amende a montré combien il se soucie de vous. Son acte était la preuve de son amour.

C’est ce que Dieu a fait pour vous, il y a 2000 ans. Il a envoyé son Fils, Jésus de Nazareth, pour payer votre peine de mort à votre place. Jésus est mort sur la croix à votre place afin que vous puissiez vivre. Vous êtes coupable ; Il a payé l’amende. C’est aussi simple que cela. La Bible le dit ainsi : « Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous », « mais Dieu constate son amour à lui envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore pécheurs, Christ est mort pour nous » (Galates 3:13 ; Romains 5:8).

Ce n’était pas une mince affaire pour Jésus de mourir pour nous. La seule chose qui pouvait satisfaire les exigences de la Loi éternelle était le sang versé du Fils de Dieu qui était sans péché. Quel amour Dieu doit avoir pour vous ! Jésus a souffert l’agonie indicible, afin que vous n’ayez pas à être puni pour vos péchés. Puis trois jours plus tard, il est ressuscité des morts, vainquant la mort. Sa mort en sacrifice, et sa résurrection, signifie que vous n’avez plus besoin d’être endetté envers la Loi, et que Dieu peut maintenant vous accorder la vie éternelle si vous obéissez à l’évangile.

Que devez-vous faire alors ? Tout simplement vous repentir (vous détourner de vos péchés) et mettre votre confiance en Jésus-Christ comme votre Sauveur et Seigneur. Ne remettez pas votre décision à plus tard ; demain n’est pas vôtre — 150 000 personnes meurent chaque jour. Vendriez-vous l’un de vos yeux pour un million de dollars ? Ou les deux yeux pour 20 millions ? Aucune personne saine d’esprit ne le ferait. Pour vous, vos yeux n’ont pas de prix, bien qu’ils ne soient que les fenêtres de votre âme. Pourtant, votre vie (votre âme) a tellement de valeur que Jésus a dit que vous devriez mépriser la valeur de votre œil en comparaison. Il a dit que si votre œil vous amène à pécher, de l’arracher et le jeter loin de vous, « car il vaut mieux pour toi d’entrer dans la vie n’ayant qu’un œil, que d’avoir deux yeux, et d’être jeté dans la géhenne du feu » (Matthieu 18:9). En d’autres termes, de toutes les choses que vous devriez prioriser dans votre vie, ce n’est pas votre santé, votre vocation, etc., mais c’est votre salut éternel.

Pouvez-vous voir votre situation ? Vous êtes coupable de pécher contre Dieu lui-même, et parce qu’il vous a donné une conscience, vous connaissez le bien du mal. « Conscience » signifie « avec connaissance », alors n’est-il pas vrai qu’à chaque fois que vous avez menti, volé, etc., vous l’avez fait en sachant que c’était mal ?

Est-ce que le fait d’avoir péché contre Dieu vous effraie ? Cela devrait être le cas. En réalité vous l’avez courroucé par votre péché. La Bible dit que sa colère demeure sur vous et que vous êtes un ennemi de Dieu dans vos pensées par vos œuvres mauvaises. Mais laissez la crainte travailler pour votre bien, de la même manière que la crainte de sauter d’un avion en plein vol vous inciterait à mettre un parachute. Que votre désir de vivre ouvre votre cœur à la bonne nouvelle du salut.

Pensez à un homme qui a commis l’adultère. Sa fidèle épouse est plus que disposée à le reprendre ; alors dans quelle attitude devrait-il s’approcher d’elle ? Il devrait être dans une immense humilité, demandant pardon, et déterminant dans son cœur de ne jamais même penser à commettre de nouveau l’adultère. Voilà comment vous devez approcher Dieu. Si vous n’êtes pas certain de savoir comment prier, lisez le Psaume 51 et faites-en votre prière. Détournez-vous de vos péchés et mettez votre foi en Jésus-Christ de la même manière que vous mettriez votre foi dans un parachute pour vous sauver. Vous ne « croyez » pas seulement qu’il vous sera bénéfique, vous lui confiez votre vie en vous en revêtant. La Bible dit : « revêtez le seigneur Jésus Christ » (Romains 13:14). Quand vous ferez cela, Dieu pardonnera tous les péchés que vous avez commis et vous accordera le don de la vie éternelle. Ensuite, lisez quotidiennement la Bible et obéissez à ce qu’elle vous enseigne.

Merci d’avoir pris le temps de lire ce traité. Que Dieu vous bénisse.

Ray Comfort

Traduit et utilisé avec la permission de Living Waters