Attente déçue

Aggée 1:9

Cette grave erreur de logique vous privera des biens les meilleurs.

Et cette erreur de jugement, de les obtenir.

Mais il vous faudra l’énergie de la foi pour changer les choses.

De quoi s’agit-il ? C’est ce que nous allons considérer dans Aggée 1:9.

Aggée 1:9

« Vous vous attendiez à beaucoup, et voici, ce n’a été que peu ; et vous l’avez apporté à la maison, et j’ai soufflé dessus. Pourquoi ? dit l’Éternel des armées. À cause de ma maison, qui est dévastée, — et vous courez chacun à sa maison » (Aggée 1:9).

Une erreur de logique

Les Israélites espéraient être bénis indépendamment du fait que la maison de l’Éternel était dévastée. Tout leur travail était accompli dans l’espoir d’obtenir un bénéfice des grands efforts qu’ils y mettaient. Mais malgré tous leurs efforts, cela n’a été que peu !

Pourquoi ? Ils travaillaient certainement beaucoup, mais pas pour bâtir la maison de l’Éternel. Et, après de bonnes journées de travail, chacun se reposait dans sa maison lambrissée. Et par conséquent, rien n’était fait pour la maison de Dieu !

L’Éternel les prive donc de la bénédiction qu’ils espéraient afin de parler à leurs cœurs — ou plutôt à leurs portefeuilles — pour attirer leur attention sur ce fait.

L’Éternel ne leur avait pas demandé leur 110 % — c’est-à-dire de faire un effort surhumain — mais ils auraient dû donner au moins une partie de leur temps, de leur énergie, de leurs efforts, pour la maison de l’Éternel. Voici l’erreur de logique qu’ils ont peut-être faite ; erreur que nous faisons nous-mêmes bien souvent.

Nous pensons que si nous consacrons 100 % de nos efforts à quelque chose, nous en obtiendrons un très bon résultat. Que si nous donnons 80 % de nos efforts, alors nous aurons un résultat moindre, et ainsi de suite.

Mais les choses ne sont pas toujours ainsi, et encore moins en ce qui concerne celles de Dieu.

Ils avaient travaillé fort, espéré beaucoup, mais il n’y a eu que peu. Pourquoi ? Parce qu’ils n’avaient pas mis leurs efforts à la bonne place. La maison de l’Éternel était dévastée.

S’ils avaient mis les choses de Dieu en premier, l’Éternel lui-même se serait chargé de leur donner non seulement ce dont ils avaient besoin, mais ils auraient vu la bénédiction du « Dieu qui nous donne toutes choses richement pour en jouir » (1 Timothée 6:17).

« Cherchez premièrement le royaume de Dieu et sa justice, et toutes ces choses vous seront données par-dessus » (Matthieu 6:33).

Si nous donnons la priorité aux choses de Dieu, que nous soyons chargés par les études ou le travail, nous savons que notre Dieu fidèle aura soin de nous. Mais en disant cela, gardons-nous d’un esprit marchandeur, donnant-donnant, comme celui de Jacob. N’oublions pas que nous avons été rachetés et que nous lui appartenons entièrement.

Nous avons dit que les Israélites auraient dû donner une partie de leur temps. Mais il faut dire que ce n’est pas exactement cela que le Seigneur cherche de ses rachetés. Il ne désire pas que nous donnions une partie de ce que nous estimons être nôtre, mais plutôt que nous suivions l’exemple des Macédoniens qui « se sont donnés premièrement eux-mêmes au Seigneur » (2 Corinthiens 8:5). Oui, de « présenter [nos] corps en sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu » (Romains 12:1) afin de lui être entièrement consacrés.

Tous les membres du corps de Christ sont nécessaires pour la croissance et le bon fonctionnement de celui-ci. Avoir des biens, du temps, de l’énergie, de la connaissance spirituelle, ou quoi que ce soit d’autre, n’est pas suffisant. Il faut aussi utiliser ces ressources pour bâtir, et pour cela il faut se donner premièrement au Seigneur. Autrement, nous utiliserons ces ressources à des fins personnelles, et du coup, la maison de Dieu ne sera pas bâtie et il ne faudra pas être étonné de l’absence ou du peu de bénédictions spirituelles autour de nous, et dans nos vies.

Il faut premièrement se donner tout entier au Seigneur, et ensuite lui apporter ce que nous avons. Il bénira et multipliera cela à sa gloire, et nous verrons la bénédiction de Dieu.

Une erreur de jugement

Malgré les résultats décevants, les Israélites sont venus devant l’Éternel avec le peu qu’ils avaient, pour ne pas se présenter devant lui les mains vides. Mais Dieu ne l’a pas accepté ; il a soufflé dessus. Leurs efforts servaient leurs intérêts. L’Éternel allait-il se contenter des restes, pour ainsi dire ? Non, c’était inacceptable.

Si nous voulons être bénis spirituellement, et apporter dans la présence de Dieu notre louange, nos actions de grâces, et notre adoration, il ne faut pas commettre la même erreur de jugement. Il nous faut être actifs dans le travail d’édification de la maison de Dieu.

Il faut prendre conscience que c’est lorsque nous obéissons à la pensée de Dieu que nous recevons du Seigneur la grâce pour y marcher fidèlement ; autrement dit, les biens spirituels que nous désirons tant !

En effet, nous recevons toujours du Seigneur les grâces dont nous avons besoin au quotidien dans nos circonstances, et dans le service qu’il nous a appelés à faire. Le Seigneur répond aux besoins réels de l’âme. Ainsi, si nous sommes oisifs dans les choses de Dieu, il n’y aura pas de grâces nouvelles, car nous n’aurons « besoin de rien » (Apocalypse 3:17). Mais si nous sommes actifs, la réalisation de nos besoins nous fera aller au trône de la grâce pour obtenir les ressources nécessaires à notre activité pour le Seigneur. Nous en serons enrichis et nous grandirons spirituellement.

Bref, ce n’est pas en courant chacun à sa maison que nous grandirons spirituellement et que nous goûterons les bénédictions spirituelles que nous avons en Christ. Nous nous retrouverons plutôt avec les mains vides devant Dieu, ou avec très peu, et n’oublions pas que l’obéissance vaut mieux que des sacrifices (1 Samuel 15:22). C’est dans un service actif pour le Seigneur que nous sommes spirituellement bénis et enrichis, individuellement et collectivement.

L’énergie de la foi

Pour se donner entièrement au Seigneur, et être actifs à l’édification de son assemblée, il nous faut l’énergie de la foi. Qu’est-ce que ça veut-dire ?

Avouons-le honnêtement : nous sommes bien installés confortablement chacun dans sa maison. Et la pensée même de faire un tel effort nous fatigue.

Il faut se rappeler que notre demeure n’est pas ici-bas, mais dans les cieux. « Nous n’avons pas ici de cité permanente, mais nous recherchons celle qui est à venir » (Hébreux 13:14).

Il faut se rappeler qu’il y a une récompense pour tout ce qui est fait pour le Seigneur. Comme Paul a dit aux Hébreux : « Ne rejetez donc pas loin votre confiance qui a une grande récompense » (Hébreux 10:35). Il nous faut de la patience et persévérer.

Il faut reconnaître que ce siècle encourage continuellement la poursuite du plaisir et de la satisfaction personnelle. Lorsque nous succombons à la recherche de ces choses et que nous y mettons nos ressources, nous embrassons le mensonge de Satan et nous contribuons à son système au lieu de bâtir la maison de Dieu.

De façon très pratique, si nous ne cherchons pas et ne pensons pas aux choses qui sont en haut, nous serons occupés de celles qui sont sur la terre (cf. Colossiens 3:1–2).

Mais voici comment être victorieux : « c’est ici la victoire qui a vaincu le monde, savoir notre foi » (1 Jean 5:4).

La foi nous fait regarder au-delà de l’apparence des choses actuelles et saisir de tout cœur ce que Dieu nous présente ! C’est cela avoir l’énergie de la foi ! Regarder en haut et saisir les promesses de Dieu !

En résumé

L’Éternel a privé les Israélites de la bénédiction qu’ils espéraient parce qu’ils travaillaient pour leur propre intérêt et ne faisaient rien pour bâtir la maison de l’Éternel. Et la solution n’était pas de travailler davantage pour eux-mêmes, mais de se donner premièrement à l’œuvre de Dieu.

Nous serons nous aussi bénis spirituellement, individuellement et collectivement, dans la mesure où nous vivrons du Seigneur et pour le Seigneur, étant actifs comme membre du corps de Christ à l’édification de « la maison de Dieu, qui est l’assemblée » (1 Timothée 3:15).

Prenons courage. Regardons à lui. Le Seigneur vient !

Précédent